Scroll to top

Entreprises: La création électronique bientôt opérationnelle

ACTUALITÉS & REVUE ECONOMIQUE

Le nouveau dispositif de création électronique des entreprises devra favoriser une plus grande fluidité du processus, épargnant aux porteurs de projets de se perdre dans les méandres des administrations.

Dernière ligne droite pour la création électronique des entreprises. Le projet de loi relatif à ce dispositif devait être adopté hier en séance plénière à la Chambre des représentants. Il a été examiné, en deuxième lecture, pour statuer sur les amendements introduits par les conseillers. Il s’agit essentiellement de changements de forme, ayant touché les articles 2, 5 et 12. Cela concerne notamment le délai de mise en marche du nouveau

Une année pour l’adoption des décrets d’application. Sur ce point, le ministère de tutelle a assuré que ces textes devront être prêts dans un délai qui ne dépasse pas 6 mois. Une phase transitoire est prévue après la publication du projet de loi au Bulletin officiel.

Globalement, le nouveau dispositif permettra la création des entreprises en ligne, via une plateforme électronique, gérée par l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC). Toutes les procédures relatives à la création ainsi que l’inscription au registre de commerce et la publication des données relatives aux entreprises devront être effectuées via cette plateforme, comme cela est précisé dans l’article 2.

Le créateur de l’entreprise est exonéré des formalités de dépôt des documents physiques auprès des administrations concernées, comme c’est le cas actuellement. Un décret devra déterminer la liste des documents qui seront requis lors du processus de création électronique des entreprises. Les formalités peuvent être menées soit par la personne concernée ou par l’intermédiaire d’un notaire, avocat, expert-comptable ou comptable agréé, comme prévu par l’article 3.

Ces derniers ne sont pas tenus de présenter une procuration pour réaliser ces formalités au nom de leurs clients. Les documents relatifs à la création d’entreprises, ainsi que la copie du registre de commerce et l’attestation d’enregistrement devront être livrés par les administrations concernées, à la demande du créateur, via cette plateforme électronique.

Les modalités de cette opération devront être définies par décret. Les frais et taxes prévus lors de cette procédure seront obligatoirement réglés par voie électronique, comme précisé par l’article 6. Pour éviter certaines pratiques malsaines, ce projet de loi a prévu certaines sanctions, notamment en cas de présentation de données erronées ou de documents falsifiés. Dans ces cas précis, l’article 9 renvoie aux peines prévues par le code pénal et le code de commerce.

Le suivi des performances du nouveau dispositif sera assuré par une commission nationale. Cette structure sera notamment chargée de la coordination des interventions des différentes administrations concernées par le processus de création d’entreprises. La Commission pourra également proposer des mesures correctives en vue d’améliorer la qualité des prestations.

 

Source : L’ECONOMISTE  Lien

Damane Relance: Les entreprises qui pourraient réussir le test d’éligibilité

Parmi les critères d’éligibilité aux crédits Damane Relance, celui du levier financier (dette/excédent brut d’exploitation) a fait beaucoup jaser. Il doit…

adminlogifin octobre 6, 2020

IS, TVA, IR foncier… Le pack pour soutenir l’entreprise en 2021

Où est passée la loi-cadre sur la réforme fiscale prévue à l’issue des 3e assises de la fiscalité du 4 mai 2019 ? Aucun projet de texte n’a filtré jusqu’à…

adminlogifin octobre 3, 2020